[CRITIQUE] Bright

36223870.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisé par: David Ayer

Avec: Will Smith, Joel Edgerton

Durée: 1h58

Genre: Fantastique/Action

Date de sortie: 22 Décembre 2017 sur Netflix

Synopsis:

Dans un monde contemporain alternatif, humains, orcs, elfes et fées coexistent depuis le début des temps. Défiant les genres, Bright est un film d’action qui suit deux policiers issus de milieux différents, Ward et Jakoby. Confrontés aux ténèbres lors d’une patrouille nocturne de routine, ils voient leur avenir et leur monde se métamorphoser à jamais

bright_unit_06597_r_wide-67b1f15cb792c81ccc1359a7e8a2e6c0bce7b718-s900-c85.jpg

Critique:

Après le bien trop sage Suicide Squad, le réalisateur David Ayer tente une nouvelle virée avec son désormais acteur fétiche Will smith.
Ayer nous entraine ainsi dans un monde gangréné par le racisme, la lutte des classes et la haine anti-flic où orc, fées, elfes et humains se livrent un éternel combat. Tentative laborieuse de mélanger du post-moderne et de l’heroic fantasy, Bright se contente d’esquisser son univers sans jamais l’égratigner. Partant pourtant avec une base solide et un générique d’ouverture aux petits oignons, le film s’embourbe très vite dans les travers d’un Suicide squad bis. Violence superflue, dialogues convenus et humour niais, Bright aurait pourtant facilement pu se la jouer mauvais genre en empruntant le tapis rouge de la noirceur déroulé au préalable par ses décors et sa superbe photographie.

bright_unit_02691r1-e1513805863720.jpgMalheureusement, probablement bridée par le politiquement correct et l’aura trop bienveillante de will smith, l’expérience se transforme rapidement en série B. A vouloir jouer au chimiste du cinéma, le réalisateur oublie de lier ses deux matières naviguant sans cesse entre le film policier et le fantasy. Séparément le scénario de Bright peut s’en accommoder offrant même au passage quelques bonnes scènes d’action visuellement divertissantes mais lorsque la fusion tente de se faire, c’est toute l’intrigue qui s’effondre et notre intérêt avec.

bright-lucy-fry-847813.jpg
Critique ambitieuse de la société, Bright aurait pu s’imposer comme métaphore des discriminations mais là encore il se contente de survoler sa matière première en l’éclipsant d’un coup de baguette magique…au sens propre !
Car oui c’est bien une baguette magique qui est au centre de l’intrigue et qui viendra mettre son grain de poudre dans cet univers déjà bien pourri par l’individualisme. On peut en rire mais ce choix de scénario a de quoi faire grincer des dents surtout quand la magie n’avait pas forcément besoin d’être présente pour mettre le bordel, les humains et le reste de la troupe le faisant très bien tout seul.
On en conviendra tout de même, Bright est tout de même loin du désastre annoncé par les critiques. A défaut d’en imposer par son originalité et sa réflexion, il remplira très bien son rôle de divertissement du dimanche à condition de ne pas en attendre grand-chose et d’avoir du temps à tuer la faute à son rythme inégal et parfois bien trop lent pour nous accrocher.

Divertissement honnête mais superficiel, Bright nous dévoile une intrigue bancale qui reposait pourtant sur un mélange des genres alléchant. On aurait aimé que David Ayer cultive un peu mieux son univers et ses créatures dont finalement nous ne saurons pas grand-chose. Netflix a beau avoir de belles perles, Bright ne brillera pas parmi celle-là.

Votre dévoué Freddy

Note:

note 2,5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s