[critique] Délivre-nous du mal

délivre-nous-du-mal-affiche

Réalisé par: Scott Derrickson

Avec: Eric Bana, Olivia Munn, Edgar Ramirez…

Durée: 1h59

Genre: Thriller/Horreur

Date de sortie cinéma: 3 Septembre 2014

Interdit aux moins de 12 ans

Speech

La violence et la noirceur, le sergent Ralph Sarchie connaît bien. Flic dans le Bronx, il est chaque jour témoin du pire de la nature humaine. Ce qu’il endure a même fini par affecter sa relation avec sa femme, Jen, et leur petite fille, Christina. Pourtant, rien ne l’avait préparé à l’affaire que lui et son partenaire Butler vont découvrir. Dépassé, Sarchie va devoir s’allier à un prêtre renégat dont la foi a souvent vacillé, qui tente de le convaincre que les horribles événements qui se multiplient sont liés à des possessions démoniaques… Ensemble, le policier et le prêtre accumulent les preuves que le Mal est à l’œuvre, et Sarchie est forcé de remettre en cause tout ce en quoi il a toujours cru pour combattre les puissances occultes qui menacent la ville et sa famille…

image

Critique

Après Sinister et l’Exorcisme d’Emily Rose, Scott Derrickson signe une nouvelle forme de mal qui prendra l’apparence d’une enquête surnaturelle dans un Bronx crasseux, dépeint en terreau suffisamment fertile pour y abriter les démons naissants.

Délivre-nous du mal exploite à merveille cette double casquette de polar horrifique. On suit l’enquête rythmée d’une main de diable de Ralph Sarchie, pris dans la toile d’une ville aux bas-fonds sinistres.

L’essentiel sera ainsi filmée de nuit dans une ambiance oppressante qui manipule avec habilité les jeux d’ombre et les recoins les plus sombres. Un scénario bien ficelé mais qui malgré tout laisse le spectateur accro à l’ adrénaline sur le carreau.

Il y aura donc très peu de jump scare pour nous cueillir dans l’angoisse. L’essence horrifique du film reposant d’avantage sur le climat malsain d’une réalité très présente. Le film étant basé sur le propre témoignage du véritable Ralph Sarchie, le réalisateur se colle à cette volonté d’écraser les diktats du film d’horreur pour ne laisse que la pure et sombre vérité.

deliver-us-from-evil-trailer-eric-bana-edgar-ramirez-fight-primary-evil-437233-2

Un pari  osé qui fonctionne plutôt bien mais qui en décevra plus d’un au vu de la bande annonce bien juteuse.

Cette mise en abyme exploite avec une retenue quasi pieuse les noirceurs de l’être humain. Scott Derrickson peine à aller jusqu’au bout de son idée, délaissant souvent le côté torturé et sombre de Ralph. Un gâchis qui aurait pu être évité tant l’interprétation d’Erica Bana, jeune recrue dans le cinéma d’horreur, est juste et parfaitement efficace.

Le dénouement, qui n’a d’autre choix que de passer par l’exorcisme finale, est pour moi probablement l’un des meilleur retour au bercail du démon (désolé ma petite Regan…). Chaque étape de cet exorcisme passera avec succès les convenances de la possession, nous offrant au passage un self cannibalisme bien ragoûtant. On regrettera cependant la rapidité du déménagement démoniaque attendu avec impatience durant ces 1h59.

Délivre-nous du mal est une réussite de plus pour Scott Derrickson qui signe là un thriller démoniaque prenant et habile. A défaut d’approcher la terreur et le sursaut, le film nous livre avec sincérité et réalisme l’approche du mal dans sa forme originelle. Une immersion si proche de nous qu’elle finit par éveiller notre angoisse de l’inconnu et de l’inexplicable. Car après tout, pourquoi tout cela ne serait-il que du cinéma…

Votre dévoué Freddy

note 3,5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s