Le Hobbit: Un voyage inattendu

le hobbit

Réalisé par: Peter Jackson

Avec: Ian Mckellen, Martin Freeman, Richard Armitage

Durée: 2h45

Genre: Fantastique/Aventure

Date de sortie cinéma: 12 décembre 2012

Speech:

Dans UN VOYAGE INATTENDU, Bilbon Sacquet cherche à reprendre le Royaume perdu des Nains d’Erebor, conquis par le redoutable dragon Smaug. Alors qu’il croise par hasard la route du magicien Gandalf le Gris, Bilbon rejoint une bande de 13 nains dont le chef n’est autre que le légendaire guerrier Thorin Écu-de-Chêne. Leur périple les conduit au cœur du Pays Sauvage, où ils devront affronter des Gobelins, des Orques, des Ouargues meurtriers, des Araignées géantes, des Métamorphes et des Sorciers…
Bien qu’ils se destinent à mettre le cap sur l’Est et les terres désertiques du Mont Solitaire, ils doivent d’abord échapper aux tunnels des Gobelins, où Bilbon rencontre la créature qui changera à jamais le cours de sa vie : Gollum.
C’est là qu’avec Gollum, sur les rives d’un lac souterrain, le modeste Bilbon Sacquet non seulement se surprend à faire preuve d’un courage et d’une intelligence inattendus, mais parvient à mettre la main sur le « précieux » anneau de Gollum qui recèle des pouvoirs cachés… Ce simple anneau d’or est lié au sort de la Terre du Milieu, sans que Bilbon s’en doute encore…

The-Hobbit-120822-05

Critique:

Dix ans de longue attente, c’est ce qu’il aura fallu aux fans pour  retrouver l’univers héroic fantasy du Seigneur des anneaux. Peter Jackson reste-t-il le maître de son monde féerique ? Ou ne s’agit-il que d’une suite commerciale de plus ?

Pour commencer, je tiens à préciser que je critique le film non pas en tant que fan de la saga mais plutôt en touriste. Je n’ai jamais vraiment accroché à cet univers bien trop long et compliqué pour mes neurones grillés à la chaudière. C’est donc avec appréhension et beaucoup d’espoir que j’ai pu assister à la projection presse du film (oui votre Freddy commence à se faire les griffes…). Mais dès que le film a commencé, mes doutes se sont effacés pour laisser place à la fascination, plongé dans ces premières images qui donne le ton pour la suite: enfantin et enchanteur.

On suit donc les aventures de l’oncle de Frodon: Bilbo le Hobbit qui se retrouve bien malgré lui embarqué dans une aventure qui le transformera a jamais. Loin de son confort, il devra affronter bien des dangers afin de venir en aide au peuple des nains en quête de leur royaume détruit jadis par un dragon avide d’or.

Le film se passe donc avant la trilogie du Seigneur des anneaux, mais pour ma part, avoir vu les autres films reste indispensable pour ceux qui veulent s’étonner devant chaque apparition de personnages bien connu de la saga: Galadriel, Gandalf  le gris ou encore Saruman le blanc viennent ponctuer cette épopée de leur présence ravivant la nostalgie et la joie des fans.

bilbo-le-hobbit-partie-1-photo-4ff29c0112d3a

A noter également la présence de Gollum lors d’une scène magistrale où Bilbo se retrouve confronté à lui pour une partie de devinette mortelle: réussir à deviner ou se faire dévorer par notre cher preciiiiiiieux. Un clin d’oeil réussi à l’importance que prendra Gollum par la suite et bien sûr, à la découverte de l’anneau.

Un autre point positif, le parallèle avec la trame principale du Seigneur des anneaux, on voit ce qui se prépare au fur et à mesure du film sans pour autant en donner plus d’importance car la suite s’en chargera d’elle même.

Les décors du Hobbit portent la patte du réalisateur: spectaculaires et à couper le souffle. La caméra plonge dans cette nature sauvage et magique. Montagne, forêt et verdure se succèdent dans une spirale de couleurs que seul Peter Jackson sait si bien dompter. Le tout est sublimé par une musique entraînante et folklorique à la fois triste et envoûtante. Mention spécial pour les quelques chants de guerriers chantés par les nains qui fichent la chair de poule.

gollum

Quant aux acteurs, à part bien sûr les plus connus des fans dont le jeu n’est plus à prouver,  l’interprète de Bilbo s’en sort avec brio parfait dans son rôle qu’il manie avec simplicité et justesse donnant un avant goût de ce que sera son futur neveu.

Il y a bien quelques défauts à cet opus, les longueurs sont inévitables pour un film qui concentre une partie du livre en 2h45. Mais malgré tout, on passe un bon moment qui défile à grande vitesse (ceci dit si les sièges du cinéma sont confortables…). Certains diront aussi que le film touchera d’avantage le public le plus jeune, mais c’est sans oublier que le livre est à la base destiné aux enfants. Passé cela, on s’en fiche vraiment tellement le spectacle est jouissif.

La fin prête évidemment à une suite qui marquera l’affrontement tant attendu avec le dragon, adversaire redoutable que devront affronter les nains s’ils veulent se retrouver enfin chez eux.

Un petit bémol quand même pour moi dans ce paysage somptueux: pourquoi Gandalf n’utilise que très peu ses pouvoirs ? Ben oui un magicien qui utilise plus l’épée ça fait un peu feignant quand même non ?

Le Hobbit: Un Voyage inattendu est donc une réussite de plus pour le maître Peter Jackson. Un conte pour tout âge, féerique et prenant qui ravive notre âme d’enfant. Malgré quelques longueurs, Le Hobbit est un bon cru qui se déguste avec une flamme d’émerveillement dans les yeux  des fans comme dans ceux des débutants. On reste juste déçu de devoir patienter pour voir la suite. En attendant et grâce à cet opus, noël arrive avant l’heure et ça fait du bien au morale !

Votre dévoué Freddy

Note: 8,5/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s