Le vaisseau de l’angoisse

Réalisé par: Steve Beck

Avec: Julianna Margulies, Desmond Harrington, Gabriel Byrne

Durée: 1h30

Genre: Epouvante/Thriller

Date de sortie DVD: 2 Juillet 2003

Interdit aux moins de 12 ans

Speech:

Construit en 1954, le prestigieux paquebot « Antonia Graza » était l’orgueil de l’Italie. Jusqu’à cette nuit tragique de 1962 où la mort s’abattit brutalement sur le navire, fauchant en quelques instants tous ses occupants.
Quarante ans plus tard, Sean Murphy, le capitaine du remorqueur Arctic Warrior, et Maureen Epps, son chef d’équipe, sont contactés par Jack Ferriman, un pilote canadien qui a repéré dans la mer de Béring l’épave du paquebot disparu. Murphy, Epps et leurs hommes n’hésitent pas une seule minute. Ils se sentent prêts à affronter tous les dangers pour réparer l’épave, la ramener à bon port… et la revendre à bon prix. Des phénomènes étranges ne vont pas tarder à se produire.

Critique

Si vous ne l’avez pas encore vu c’est le moment ! Le vaisseau de l’angoisse est pour moi un film qui mérite de sortir de l’ombre et ça pour plusieurs raisons.

Déjà la séquence d’ouverture marque à elle seule un grand bond dans le cinéma d’horreur, et pour cause: ça commence comme un épisode de la croisière s’amuse pour se terminer en carnage bien dégueulasse. Une entrée en matière à voir absolument tellement elle nous stupéfait. Une base de scénario originale qui va se prolonger tout le long du film à coups de rebondissements rythmés avec brio.

Ensuite, le paquebot à lui seul vaut le détour. Vraiment bien fichu, glauque à souhait avec ses dédales de couloirs abandonnés peu accueillants, il réussi à nous mettre la pression à la minute où l’on a mis le pieds dedans. Les acteurs évoluent avec justesse, mention spéciale à Julianna Margulies ( Série Urgences) et à Desmond Harrington (Détour Mortel) qu’on voit malheureusement trop peu au cinéma.

Le vaisseau de l’angoisse ne tarit pas en matière de gore et de frissons, un mélange savamment dosé le tout filmé comme si on y était sur fond de musique métal.

Enfin le twist final, pas aussi bien fichu qu’un Saw je vous l’accorde, mais on reste quand même bien sur le cul parce que au final on ne s’y attendait pas du tout, trop occupé à flipper devant ces revenants peu amicaux.

Le vaisseau de l’angoisse bien qu’injustement boudé par la critique mérite d’être vu par tous les amateurs d’épouvante. Un Shining flottant qui sort des sentiers habituels pour s’aventurer dans un scénario original et bien orchestré. Pour finir, le twist final ne devrait pas vous laisser indifférent à moins que vous arriviez à le deviner…

Votre dévoué Freddy

Note: 8/10

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s