The theatre bizarre

The Theatre Bizarre dans Vu en DVD The%2BTheatre%2BBizarre
Réalisé par Douglas Buck, Buddy Giovinazzo, David Gregrory…
Avec: Udio Kier, Virginia Newcomb…
Durée: 1h54
Sortie dvd: 3 octobre 2012
Genre: épouvante/horreur
Speech:
Un film à sketches en hommage au légendaire “Art du Grand Guignol” réunissant sept cinéastes de l’horreur.
 THE MOTHER OF TOADS  : En France, un couple de vacanciers rencontre une sorcière qui prétend posséder une copie du Necronomicon.

I LOVE YOU  : Une femme annonce à son mari qu’elle le quitte.

THE ACCIDENT  : Une mère et sa fille sont témoins d’un accident de la route.

WET DREAMS : Une femme blessée se venge de son mari infidèle.

VISION STAINS : Une tueuse en série extrait les souvenirs de ses victimes à l’aide d’une seringue.

SWEETS : Un couple obsédé par la bouffe consume son amour.

THEATRE GUIGNOL : Une salle de cinéma se transforme en véritable théâtre de pantins sous l’égide d’un automate.

The-Theatre-Bizarre-Le-film-devant-lequel-tout-le-monde-s-evanouit_portrait_w532 dans Vu en DVD

Critique:
Le film puise donc son inspiration dans le Théatre du grand guignol terme qui désignait au début du 20ème siècle des divertissements basés sur un spectacle d’horreurs macabres et sanguinolentes aux situations exagérées. Dans sa volonté de nous faire revivre ce genre de spectacle, 7 cinéastes nous donnent leurs visions du genre dans 7  épisodes aussi irréalistes les uns que les autres.
The Theatre bizarre commence par  lever son rideau sur le sketch Theatre guignol qui sera le fil rouge du film. 7ème segment du film, il met en scène une sorte d’Alice au pays des merveilles attirée inexorablement par la lumière rouge de ce théatre pour le moins étrange.
Animé par le marionnetiste Udo Kier et à la manière d’un conte de la crypte, on pénètre dans le terrier de ce maitre de cérémonie macabre avec ces 6 univers aux ambiances bien différentes.
Theatre-Bizarre_320
Il y a donc de tout dans The Theatre bizarre du bon comme du mauvais mais toutes les  parties sont animées par leur univers unique qui les rendent plus ou moins attractives.
Ainsi on passe aisément de la poésie avec The accident au trash avec Sweets tout en faisant un tour dans les contrées  lovecraftiennes françaises de The mother of toads.
Certains sketchs sont très difficiles à regarder, trash et sans concessions. Mention particulière à Wet dreams  aussi bien fichu que déroutant. Une partie glaçante qui devrait satisfaire les amateurs d’horreur.
Mais comme on l’a dit précédemment , The Theatre bizarre brille par son inégalité notamment avec I love you où la lente descente d’un homme dans la folie.  Cette histoire d’amour tordue ne convainc pas et la folie est à peine perceptible, bref on aura vu mieux dans le genre (prenez mon cas pas exemple…).
Gore, extrême, original, The Theatre bizarre est un vrai ovni dans le paysage des films d’horreur. Sans être homogène, les segments tiennent la route et nous offre  des contes sans limites dans le sexe ou de la moral.  Un spectacle glauque qui répulse autant qu’il attire.
20012149
On regrettera cependant le macabre un peu gratuit parfois et le manque de profondeur de certains chapitres peut-être du au format court qui leur a été imposé.
En conclusion, The Theatre bizarre est à experimenter pour les amateurs à la recherche de nouvelles sensations visuelles.
Prenez place dans votre siège, éteignez la lumière et que le spectacle commence !
Votre dévoué Freddy

Note: 7/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s