[CRITIQUE] Kingdom

kingdom-netflix-850x479.jpg

Réalisé par : Kim Seong-hun

Avec : Ji-hoon Ju, Ryu Seung-Ryong, Doona Bae

Durée : 60 minutes

Nombre d’épisodes : 6

Genre : Horreur/Historique

Date de sortie : 25 janvier sur Netflix

Synopsis :

Dans un royaume rongé par la corruption et la famine, un mystérieux fléau se propage et les morts se transforment en monstres. Le prince héritier, accusé de trahison mais prêt à tout pour sauver son peuple, se donne pour mission de découvrir l’origine de ce mal qui sévit dans l’ombre.

9c290e14735296e94a9bc5850f40337aa50494af.jpg

Critique :

Le cinéma sud-coréen n’en est plus à faire ses preuves, surtout en matière d’horreur. Après Le dernier train pour Busan ou encore 2 soeurs, l’Asie nous offre cette fois-ci sa propre série horrifique aux zombies dévastateurs.

Kingdom s’implante donc dans un univers médiéval où intrigues et course au pouvoir font face à une épidémie qui pourrait renverse la donne.

Réalisateur du suffocant Tunnel, Kim Seong-hun choisit de prendre son temps pour insuffler l’intrigue préférant d’abord nous peindre une toile historique aux couleurs et costumes magnifiés par une mise en scène soignée et maitrisée.

L’épisode pilote s’enfonce dans les méandres de l’horreur sans jamais laisser le spectateur sur le bas côté. On plonge dans cette virée épidémique où des Usain Bolt coréens font la chasse aux vivants. Car ici, le zombie court…et vite ! Mais uniquement en plein jour. Choix inédit de prime abord qui se révèle très vite vicieux.

En y implantant la course au soleil, le réalisateur joue avec nos nerfs et on se surprend très vite à presser nos protagonistes devant le massacre annoncé. Comme tout bon cinéma asiatique qui se respecte, aucune tranche d’âge n’est épargné. Avis aux prudes, les enfants ne seront donc pas des chats perchés mais bien des souris de choix.

kingdom-2.jpg

Un vent de réalisme qui pour ma part me fait apprécier d’avantage le cinéma asiatique. Pas de publicité pour pepsi ou de Brad Pitt cheveux aux vents, nos acteurs font le job à merveille quoi qu’évidemment un peu trop surjoué pour ceux qui n’auraient pas l’habitude du cinéma sud-coréen.

Mais on oublie rapidement ces petits défauts de mimiques pour se tourner uniquement vers l’intrigue et bon sang que cela fait du bien de stresser un bon coup !

Les 6 épisodes se dévorent à grande vitesse offrant même une sucrerie de choix : celle de nous laisser un twist final astucieux qui ouvre les portes pour une saison 2 déjà annoncée.

Ce jeu du zombies et de la souris est une vraie surprise. Avec un rythme tempéré mais diablement efficace dans ses montées d’adrénaline, Kingdom ouvre le bal avec brio et défauts assumés nous offrant ce qu’on rêverait pour le cinéma français. A bon entendeur…

Votre dévoué Freddy

Note :

note 4,5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s