[CRITIQUE] The Voices

The-Voices-affiche

Réalisé par: Marjane Satrapi

Avec: Ryan Reynolds, Gemma Arterton…

Durée: 1h49

Genre: Horreur/Comédie

Date de sortie cinéma: 11 Mars 2015

Interdit aux moins de 12 ans

Speech

Jerry vit à Milton, petite ville américaine bien tranquille où il travaille dans une usine de baignoires. Célibataire, il n’est pas solitaire pour autant dans la mesure où il s’entend très bien avec son chat, M. Moustache, et son chien, Bosco. Jerry voit régulièrement sa psy, aussi charmante que compréhensive, à qui il révèle un jour qu’il apprécie de plus en plus Fiona – la délicieuse Anglaise qui travaille à la comptabilité de l’usine. Bref, tout se passe bien dans sa vie plutôt ordinaire – du moins tant qu’il n’oublie pas de prendre ses médicaments…

the-voice-ryan-reynolds-atterton-marjane-satrapi

Critique

D’un cynisme édulcoré, The Voices plonge Ryan Reynolds dans les tourments plus ou moins jouissifs de la psychopathie où chien et chat se fondent dans les rôles délirants d’ange et démon à 4 pattes.

Jerry est donc un brave gars, amoureux transi et un peu simplet mais Jerry est aussi un grand psychopathe en sommeil. Et lorsque son Lucifer de chat le pousse dans les abimes du meurtre, plus rien ne retient Jerry dans notre monde.

La réalisatrice signe ici une pépite d’humour noir qui alterne avec justesse moments troubles de lucidité décharnée et déchainement de folie meurtrière chorégraphiée avec brio.

Un spectacle grinçant qui minimise le gore pour le suggérer, donnant la part belle au second degré déglingué. Et dans le rôle du démon rouquin, on ne peut que tomber amoureux de ce félin grande gueule expert en conseils pourris. On aurait cependant bien aimé que la mise en scène approfondissent ces liens animaliers.

the-voices

Car si ces boules de poils sont en tête d’affiche, leur 1er rôle laisse parfois à désirer, la faute sans doute à un Ryan Reynolds métamorphosé en schizophrène de bonne volonté.

L’acteur délaisse sa brillantine pour le simple costume de gaillard lambda. Appréciable et réussi, Reynolds tient là l’un des meilleurs rôles de sa carrière jouant sur la corde de la sensibilité juste et maitrisée. Et pour ceux connaissant la pathologie, on ne peut que saluer sa folie criante de réalisme.

The Voices tient donc ses promesses de comédie horrifique loufoque et délicieuse. La mise en scène rythme avec simplicité cette pièce burlesque bousculée par ses scènes barrées, dépoussiérant ainsi un genre qui manque parfois d’originalité.

Addictif, The Voices vous fera entendre la voix de la folie humoristique grinçante et noire à souhait. Un rôle de composition pour Ryan Reynolds qui se pare de son plus beau rôle dans cette composition fleurie et loufoque. Qu’on apprécie ou pas le spectacle, après l’avoir visionné, tout propriétaire d’un animal se verra forcé de regarder par dessus son épaule…juste au cas où.

Votre dévoué Freddy

Note:

note 4

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s