[CRITIQUE] Starry eyes

starry eyes

Réalisé par: Kevin Kolsch, Dennis Widmyer

Avec: Alexandra Essoe, Amanda Fuller…

Durée: 1h38

Genre: Epouvante/Horreur

Date de sortie cinéma: Inconnue

Interdit aux moins de 16 ans

Speech

Sarah Walker a un petit boulot sans avenir sous le joug d’un patron qui la prend de haut, elle subit des amitiés superficielles avec des acteurs concurrents et participe à des castings qui n’aboutissent à rien. Après plusieurs auditions humiliantes face à un duo pour le moins bizarre, elle décroche le rôle principal dans leur nouveau film. Malgré le fait qu’ils lui demandent de faire des choses de plus en plus étranges, elle sera prête à tout pour réussir, aveuglée par son fantasme de célébrité.

Screen-Shot-2014-11-14-at-9.32.52-AM-620x400

Critique

Film psychédélique rendant hommage aux films des années 80, Starry eyes nous ouvre ses portes sur le destin de Sarah Walker en quête acharnée de gloire. La jeune actrice y donnera de sa personne allant jusqu’au sacrifice de son propre corps ce qui lui vaudra une renaissance des plus sanglantes…et pourrissante.

La mise en scène plutôt lente de cette première partie permet d’introduire une ambiance malsaine, montant crescendo dans la folie qu’on devine derrière le visage de cette jeune femme prête à tout pour sortir du lot. Une héroïne attachante qui cache une personnalité bien plus froide et diabolique que son jolie minois ne laisse deviner. Ainsi, on se laisse guider par ce scénario dérangeant sans pour autant deviner où les réalisateurs veulent en venir.

Et puis vient le sacrifice ultime: le passage sous le bureau cliché d’une industrie Hollywoodienne qui ne donne sa chance qu’aux jeunes femmes les plus « douées ». Sarah n’y perdra pas que son amour propre et sa lente décomposition ne sera le début que de son Enfer. Le film bascule alors dans l’horreur au grès de ces transformations sanglantes et meurtrières.

starry3

Si la 1ère partie était savoureuse, cette suite ne parvient pas à magnifier cette ambiance malsaine accumulée jusqu’ici. La tension psychologique brossée dans un début plus calme s’essouffle pour ne faire que dans l’horreur visuelle dite « choquante ». On aurait peut-être préféré un scénario plus schizophrénique où la folie aurait été le point central de cette moralité scabreuse. Malheureusement, le choix de prendre une direction horrifique plus classique donne un goût de déception.

Starry eyes avait réussi à nous prendre dans ses filets machiavéliques mais ce vent glacé s’estompe pour devenir bien plus terre à terre. Les amateurs de créatures fantastiques seront peut-être comblés mais ceux qui s’attendaient à voir briller la douce folie d’un cerveau fertile seront vraiment déçus.

 On saluera tout de même le jeu d’Alexandra Essoe, complètement habitée par son rôle et la bande-son old school glaçante.

Starry eyes se révèle être bien trop sage pour aller jusqu’au bout de sa folie. Son univers étouffant n’aura finalement pas pu se refermer sur nous préférant une suite plus « classique » et moins déroutante. Cette balade moralisatrice dans les méandres du système Hollywoodien devrait tout de même trouver quelques fans au moins pour le jeu de l’actrice principale vraiment bluffant.

Votre dévoué Freddy

Note:

note 3

2 réponses à “[CRITIQUE] Starry eyes

  1. j’étais emballé jusqu’au moment ou tu a parlé de fantastique. mai j’ai bien envie d’y jeté un œil quand même.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s