My soul to Take

my soul

Réalisé par: Wes Craven

Avec: Max Thieriot, John Magaro, Denzel Whitaker

Durée: 1h47

Genre: Epouvante/Horreur

Date de sortie DVD: inconnue

Interdit aux moins de 12 ans

Speech:

Dans la petite ville de Riverton, la légende clame qu’un serial killer a juré de revenir assassiner les sept enfants nés la nuit où il est mort. Aujourd’hui, seize ans plus tard, de nouvelles personnes disparaissent. Le psychopathe s’est-il réincarné dans l’un des sept ados, ou a-t-il survécu à cette nuit où il fut laissé pour mort ?

my soul

Critique:

Si il y a bien une chose qui caractérise  les œuvres Wes Craven, c’est  l’inconstance. Autant ce génie de l’épouvante peut créer des personnages qui marqueront le cinéma d’horreur (Moi par exemple sa plus grande œuvre d’art. Quoi comment ça c’est ghostface ?) autant certains de ses films sont catastrophiques (cursed..).

My soul to take fait malheureusement partie de la seconde catégorie: les catastrophes. Malgré une introduction plutôt pas mal qui nous met directement dans l’ambiance, la suite s’essouffle dans une histoire plate, sans grand intérêt si ce n’est l’impression d’assister à un teen movie niais et bisounours. Pas de réelles tensions ni de meurtres inventifs, le scénario est simple et le meurtrier lorgne pitoyablement vers celui de Scream. C’est simple, c’est du Wes Craven qui pompe sur du Wes Craven à se demander si la parodie n’est pas volontaire. Bref,  rien de bien original et une fin qui tourne au n’importe quoi.

my soul

Le côté surnaturel avec le présumé démon est vite balayé pour laisse sa place à un banal slasher movie. Au final, on ne sait pas vraiment de quel côté on doit regarder: possession ou folie ? Le film flirte avec les deux sans jamais apporter de bonnes explications.

My soul to take fait donc partie de ces films à vite oublier. Une catastrophe de plus pour Wes Craven qui ne parvient pas à sortir de ses propres sentiers pour nous pondre une idée originale. Le maître aurait-il perdu de son génie ? En tout cas, à défaut d’y voir une âme dans son film, c’est celle du réalisateur qui a été prise.

Votre dévoué Freddy qui renie son paternel

Note: 1,5/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s